Oui oui, vous avez bien lu ce titre.

Une autorité parentale bienveillante peut modifier le capital génétique de votre enfant. Cela vous semble dingue ?

Alors, écoutez bien ce qui suit.

Les dernières découvertes en neurosciences démontrent par l’épigénétique que l’environnement social et affectif dans lequel grandit un enfant peut moduler l’activité de certains gènes pour modifier ses caractères, voire induire (ou non) certaines maladies inscrites dans son capital génétique.

En d’autres termes : Un environnement joyeux, empathique, aimant, soutenant et bienveillant aide l’enfant de moins de 6 ans à développer toutes ses compétences cognitives, émotionnelles et affectives et peut même modifier son activité génétique pour lui éviter une maladie en modifiant « une inscription » dans ses gênes.

Je vous laisse 1 minute pour relire ça. 😊 C’est juste énorme !

Alors, si vous avez des enfants de moins de 6 ans à la maison, sachez que vous avez de l’intelligence brute à domicile. Alors, concrètement, comment en prendre soin ?

Voici les 10 points qui me semblent essentiels pour prendre soin du capital intellectuel, affectif et psychologique de votre enfant.

1/ l’être humain est le seul mammifère à venir au monde avec un cerveau inachevé. Son cerveau arrive à maturation entre 25 et 30 ans.

2/ le cerveau de l’être humain est particulièrement fragile, vulnérable et malléable pendant les 6 premières années.

3/ les 6 premières années sont aussi cruciales pour le bon développement de ses capacités cognitives, émotionnelles et relationnelles.

4/ si l’environnement affectif et social modifie le développement cérébral d’un adulte, il DETERMINE le cerveau de l’enfant dès sa vie intra-utérine et jusqu’à 6-7 ans.

Sérieux, je vous laisse une minute pour relire le point 4 😊

5/ entre 0 à 3-4 ans, un enfant est dans l’incapacité de se distinguer de ses émotions. En clair, un petit enfant n’a pas faim. Il est la faim. Il n’a pas peur. Il est la peur. Jouer à lui faire peur pendant une partie de cache-cache par exemple, lui laisse des empreintes de peur et d’insécurité irréversibles dans le cerveau reptilien.

6/ Tous les enfants de 0-3 ans sont traversés par des émotions intenses et des chagrins incommensurables. Ils ont besoin de l’aide d’un adulte pour les traverser. Seuls les bras, la présence tranquille et rassurante d’un adulte peuvent les apaiser.

La bonne nouvelle, c’est que ses joies sont aussi intenses que ses peurs. En instaurant la joie de vivre dans notre quotidien, nous lui laissons aussi des empreintes irréversibles dans le cerveau reptilien.

7/

  • Vouloir manger ce qu’il aime tout de suite, l’exiger et trépigner pour l’obtenir
  • Faire le pitre, grimacer, dire des gros mots avec ravissement dans les lieux les plus inappropriés
  • Crier le plus fort possible et le plus aigu possible pour s’amuser
  • Avoir des peurs et joies incontrôlées. Passer de l’un à l’autre dans la seconde

sont les conséquences de l’immaturité de son cerveau. Il est littéralement dominé par son cerveau reptilien et limbique, le pré-frontal est « en construction ».

8/Si ces comportements peuvent être interprétés comme des caprices. Sachez qu’avant 3-4 ans, un enfant est incapable de faire un caprice ou du chantage. L’immaturité de son cerveau l’en empêche. Il le fera par mimétisme si un adulte, un frère ou une soeur ainé-e, un copain lui montre comment faire.

9/ La qualité de son sommeil* ainsi qu’une nutrition saine et équilibrée sont également essentielles à son épanouissement.

*cela comprend la nécessité de le laisser faire la sieste quand il en éprouve le besoin à toute heure de la journée.

10/ Si interdire à un enfant de pleurer, l’exclure lorsqu’il fait une colère est contreproductif pour son développement cognitif, le réprimander, le menacer, lui crier dessus, s’énerver, le punir est carrément toxique. Pour autant, cela ne veut pas dire qu’il faille être laxiste et laisser faire.

Vous souhaitez savoir comment faire preuve d’une autorité bienveillante au quotidien ?

Un coaching parental, ça vous tente ?

3 matinées à votre domicile et la confection d’un meuble pédagogique personnalisé pour votre enfant ou la fratrie. Découvrez comment ça se passe en cliquant ici.

Sinon, voici quelques histoires vécues et témoignages pour vous inspirer

Au secours ! Mon fils mord, griffe, frappe

Ma fille pousse des colères monstrueuses. Je ne sais pas comment gérer ça

Comment éviter les fais pas ci, fais pas ça ? Article à venir. Si vous souhaitez le recevoir dans votre boite mail, inscriviez-vous aux ressources gratuites et à la neswletter ici 

Sources : Antonio Damasio, Professeur en neurologie, neurosciences et psychologie – Joan Luby, Professeur en pychiatre à Washington – Bruce Mac Ewen, Directeur de laboratoire de neuroendocrinologie de New York